Testing the association between thyroid dysfunction and psychiatric diagnostic group in an iodine-deficient area

Testing the association between thyroid dysfunction and psychiatric diagnostic group in an iodine-deficient area

PDF

J Psychiatry Neurosci 2004;29(6):444-49

Derik Hermann, MD; Walter Hewer, MD; Florian Lederbogen, MD

Hermann, Lederbogen — Central Institute of Mental Health, Mannheim; Hewer — Vinzenz von Paul Hospital, Rottweil,
Germany.

Abstract

Objective: To test the association between thyroid dysfunction and psychiatric diagnostic group in a large sample of consecutive patients, while controlling for the effects of age, sex, medication and concomitant medical conditions.

Methods: We compared the distribution of psychiatric diagnostic groups according to the International Statistical Classification of Diseases and Related Health Problems, 10th revision (ICD-10), and of selected psychopathological symptoms in 100 newly admitted psychiatric patients who had genuine thyroid disease and 92 psychiatric patients who had nonspecific alterations of thyroid function with the corresponding items for the whole group of admitted patients (n = 1134) during the observation period. This analysis was then repeated using an age-matched and sex-matched comparison group selected from all admitted patients in a random order.

Results: When all admitted patients were considered, the presence of a genuine thyroid disorder was associated with the diagnosis of a mood disorder (ICD-10 category F3). This effect was no longer detectable when the age-matched and sex-matched comparison group was used, indicating a simple effect of these 2 variables. Nonspecific alterations of thyroidstimulating hormone (TSH) were associated with the ICD-10 diagnostic group F4 (neurotic, stress-related and somatoform disorders), with demographic variables being similar in this subgroup to those of all admitted patients. These patients also tended to display more symptoms of a mild depressive syndrome. When only patients with nonspecifically decreased TSH concentrations were tested, these findings could not be reproduced. Nonspecifically decreased concentrations of thyroxine and free thyroxine index were found significantly more often in the diagnosis group F1 (mental disorder due to substance use), reflecting results for alcohol-dependent patients. This result could not be replicated using an age-matched and sexmatched control group.

Conclusion: In newly admitted psychiatric patients with genuine thyroid disease, there was no notable association of thyroid disease and major psychiatric diagnostic groups according to ICD-10, especially depression. This argues against the hypothesis of thyroid disorders being a major risk factor for psychiatric illnesses. Nonspecific alterations of TSH were more frequently seen in patients of diagnostic group F4 and with mild depressive syndromes, possibly representing an altered influence of stress-regulating systems on thyroid function.

Résumé

Objectif : Analyser le lien entre le dérèglement de la thyroïde et le groupe de diagnostics psychiatriques dans un échantillon important de patients consécutifs tout en contrôlant les effets de l’âge, du sexe, de la médication et de problèmes médicaux simultanés.

Méthodes : Nous avons comparé la répartition des groupes de diagnostics psychiatriques selon la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes, 10e révision (CIM-10) et de certains symptômes psychopathologiques chez 100 patients nouvellement admis en psychiatrie qui avaient une maladie thyroïdienne véritable et 92 patients en psychiatrie qui présentaient des altérations non spécifiques de la fonction thyroïdienne aux éléments correspondants pour le groupe complet de patients admis (n = 1134) au cours de la période d’observation. On a ensuite répété l’analyse en utilisant un groupe témoin jumelé selon l’âge et le sexe, et dont les membres ont été choisis au hasard parmi tous les patients admis.

Résultats : Compte tenu de tous les patients admis, on a établi un lien entre la présence d’un trouble véritable de la thyroïde et le diagnostic de trouble de l’humeur (catégorie F3 de la CIM-10). Cet effet n’était plus détectable lorsqu’on a utilisé le groupe témoin jumelé selon l’âge et le sexe, ce qui indique que ces deux variables ont un effet simple. On a établi un lien entre des altérations non spécifiques de la thyréostimuline et le groupe de diagnostics F4 (troubles névrotiques, troubles liés à des facteurs de stress et troubles somatoformes) de la CIM-10, les variables démographiques étant semblables dans ce sous-groupe comparativement à tous les patients admis. Ces patients avaient aussi tendance à montrer davantage de symptômes d’un trouble dépressif bénin. Lorsqu’on a examiné seulement les patients dont les concentrations de thyréostimuline présentaient une diminution non spécifique, on n’a pu reproduire ces constatations. On a constaté plus souvent une baisse statistiquement significative des concentrations non spécifiques de thyroxine et de l’indice de thyroxine libre dans le groupe de diagnostic F1 (troubles mentaux résultant de la toxicomanie), ce qui traduit les résultats des patients asservis à l’alcool. On n’a pu reproduire ce résultat chez les groupes témoins jumelés selon l’âge et le sexe.

Conclusion : Chez les patients nouvellement admis en psychiatrie qui ont une maladie thyroïdienne véritable ou présentent une altération non spécifique de la fonction thyroïdienne, il n’y a pas de lien notable entre la maladie thyroïdienne et les principaux groupes de diagnostics psychiatriques selon la CIM-10, et en particulier la dépression. Cette absence de lien va à l’encontre de l’hypothèse selon laquelle les troubles de la thyroïde constituent un important facteur de risque de maladie psychiatrique. On constate des altérations non spécifiques de la thyréostimuline plus souvent chez les patients du groupe de diagnostics F4 et chez les patients qui présentent des syndromes dépressifs bénins, ce qui peut représenter une altération de l’influence que les systèmes de régulation du stress exercent sur la fonction thyroïdienne.


Medical subject headings: acetylcholine; Alzheimer disease; amyloid; models, animal; neurodegenerative diseases; neuromodulation.

Submitted Aug. 29, 2003; Accepted Nov. 27, 2003

Competing interests: None declared.

Correspondence to: Dr. Satyabrata Kar, Neurochemical Research Unit, Departments of Medicine (Neurology) and Psychiatry, Walter Mackenzie Centre, University of Alberta, Edmonton AB T6G 2B7; fax 780 492-6841; skar@ualberta.ca