The 5HTTLPR polymorphism, prior maltreatment and dramatic–erratic personality manifestations in women with bulimic syndromes

The 5HTTLPR polymorphism, prior maltreatment and dramatic–erratic personality manifestations in women with bulimic syndromes

PDF

J Psychiatry Neurosci 2007;32(5):354-62

Howard Steiger, PhD; Jodie Richardson, BA; Ridha Joober, MD, PhD; Lise Gauvin, PhD; Mimi Israel, MD; Kenneth R. Bruce, PhD; N.M.K Ng Ying Kin, PhD; Heidi Howard, PhD; Simon N. Young, PhD

Steiger, Richardson, Israel, Bruce — Eating Disorders Program, Douglas Hospital; Steiger, Joober, Israel, Bruce, Kin, Howard, Young — Psychiatry Department, McGill University; Steiger, Richardson, Joober, Gauvin, Israel, Bruce, Kin, Howard — Research Centre, Douglas Hospital; Gauvin — Department of Social and Preventive Medicine and Groupe de Recherche Interdisciplinaire en Santé, University of Montréal; Richardson — Psychology Department, McGill University, Montréal, Que.

Abstract

Background: Low-function alleles of the serotonin transporter promoter polymorphism (5HTTLPR) have been linked to various psychopathological entities, especially in individuals exposed to prior stressors. In women with bulimic syndromes, we explored associations with personality pathology of 5HTTLPR and prior sexual or physical maltreatment.
Methods: Ninety-two women with bulimic syndromes were genotyped for 5HTTLPR short (S) and long (LG and LA) alleles and were then assessed for eating symptoms, dimensional personality disturbances, history of sexual or physical abuse and borderline personality disorder (BPD).
Results: With a classification based on a biallelic model of 5HTTLPR (i.e., presence or absence of at least 1 S-allele copy), multiple regression analyses indicated significant proportions of variance in stimulus seeking and insecure attachment to be explained by abuse × genotype interaction effects, with greater psychopathology always occurring in S-allele carriers who had been abused. Likewise, a logistic regression analysis linked BPD to significant main effects of genotype and abuse. Analyses that aggregated carriers according to a triallelic model of 5HTTLPR (i.e., presence or absence of at least 1 copy of a presumably low-function S or LG allele) produced similar patterns but no statistically significant effects.
Conclusions: Traits such as sensation seeking and insecure attachment are, on average, elevated in 5HTTLPR S-allele carriers with bulimic syndromes who report prior physical or sexual maltreatment. These results add to the literature associating pronounced psychopathological manifestations, with conjoint effects of stress and the 5HTTLPR polymorphism.

Résumé

Contexte : On a établi un lien entre des allèles à faible fonction du polymorphisme du promoteur du transporteur de la sérotonine (5HTTLPR) et diverses entités psychopathologiques, en particulier chez des sujets exposés à des facteurs de stress antérieurs. Chez les femmes qui présentent des syndromes boulimiques, nous avons étudié des liens entre la pathologie du 5HTTLPR liée à la personnalité et des sévices sexuels ou physiques antérieurs.
Méthodes : Chez 92 femmes qui présentaient des syndromes boulimiques, on a déterminé le génotype pour les allèles courts (S) et longs (LG et LA) du 5HTTLPR et on a évalué ensuite leurs symptômes alimentaires, les troubles de la personnalité dimensionnels, les antécédents de violence sexuelle ou physique et le trouble de la personnalité limite (TPL).
Résultats : Avec une classification fondée sur un modèle biallélique du 5HTTLPR (c.-à-d. présence ou absence d’au moins une copie de l’allèle S), des analyses de régression multiple ont indiqué des pourcentages significatifs de variance au niveau de la recherche des stimulus et de l’attachement insécurisé qu’on explique par les effets de l’interaction entre la violence selon le génotype, les porteurs de l’allèle S victimes auparavant de violence présentant toujours une plus grande psychopathologie. De même, une analyse de régression logistique a établi un lien entre le TPL et les effets principaux importants du génotype et de la violence. Des analyses basées sur une agrégation des porteurs en fonction des modèles trialléliques du 5HTTLPR (c.-à-d. présence ou absence d’au moins une copie d’un allèle S ou LG présumément à faible fonction) a produit des tendances semblables, mais aucun effet statistiquement significatif.
Conclusions : Des caractéristiques comme la recherche de sensations et l’attachement insécurisé sont en moyenne élevées chez les sujets porteurs de l’allèle S du 5HTTLPR qui présentent des syndromes boulimiques et déclarent avoir déjà subi des sévices physiques ou sexuels. Ces résultats s’ajoutent aux publications qui établissent un lien entre des manifestations pathologiques prononcées et les effets conjugués du stress et du polymorphisme du 5HTTLPR.


Medical subject headings: bulimia nervosa; genotypes; serotonin.

Competing interests: None declared.

Submitted Dec. 19, 2006; Revised Jan. 15, 2007; Accepted Jan. 15, 2007

Correspondence to: Dr. Howard Steiger, Eating Disorders Program, Douglas Hospital, 6875 LaSalle Blvd., Montréal QC H4H 1R3; fax 514 888-4085; stehow@douglas.mcgill.ca